Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 20:02



 

Les mots « Je suis... » sont puissants.
Prenez garde aux mots qui remplaceront les points de suspension.
Les choses que vous réclamez trouveront le moyen
de venir
jusqu'à vous
et de vous réclamer. 
A.L. Kitselman

 

 

Je suis architecte. J'ai construit des fondations solides, et chaque année que je passe à l’école ajoute un nouvel étage de sagesse et de savoir.

Je suis sculpteur. J'ai façonné mes principes et mes valeurs dans l'argile du bien et du mal. 

Je suis peintre. Chaque fois que j'exprime une idée personnelle, j'ajoute une teinte nouvelle à l'arc-en-ciel.

Je suis scientifique. Tous les jours, je recueille des données, je fais des observations importantes et j'expérimente de nouveaux concepts.

Je suis astrologue. Je lis et j'analyse les lignes de vie de chaque personne qui entre dans ma vie.

Je suis astronaute. J'explore et j'élargis sans cesse mes horizons.

Je suis médecin. Je guéris ceux qui me demandent conseil et j'apporte vitalité à ceux qui ont perdu le goût de vivre.

Je suis avocat. Je n'ai pas peur de défendre les droits fondamentaux et incontournables de ma propre personne et de tous les autres.

Je suis policier. Je me soucie du bien-être des autres ; je suis toujours sur place pour prévenir les bagarres et maintenir la paix.

Je suis enseignant. Par mon exemple, les autres apprennent l'importance de la détermination, du dévouement et du travail.

Je suis mathématicien. Je m'assure d'apporter la solution correcte à chacun de mes problèmes.

Je suis détective. Je garde un regard perçant, à la recherche du sens de la vie et de ses mystères.

Je suis membre d'un jury. Je juge les autres et leurs situations seulement après avoir entendu et compris toute leur histoire.

Je suis banquier. Les autres partagent avec moi leur confiance et leurs valeurs et tous y trouvent leur intérêt.

Je suis hockeyeur. Je surveille sans cesse ceux qui veulent bloquer mon but et je les déjoue.

Je suis marathonien. Je suis énergique, je veux bouger et relever des défis.

Je suis alpiniste. Lentement mais sûrement, je grimpe vers le sommet.

Je suis funambule. Je fais attention de garder mon équilibre lorsque je traverse des périodes houleuses, afin de toujours me rendre de l'autre côté.

Je suis millionnaire. Mes coffres sont pleins d'amour, de sincérité et de compassion ; le savoir, la sagesse et l'expérience que je possède sont inestimables.

Mais, le plus important, je suis moi.


Note des éditeurs : Avez-vous remarqué à quel point les gens vous demandent souvent ce que vous faites ou ce que vous ferez plus tard ? Pour tous ceux qui ont souffert de ne pas avoir accompli ce qu'ils rêvaient de faire, vous trouverez dans l'histoire qui suit la vraie réponse. Ne l'oubliez pas la prochaine fois que quelqu'un vous dira : « Oh ! Vraiment ? Eh bien ! Il n y a pas de mal à gagner sa vie à faire des hamburgers. Vous devriez être fier. »


Amy Yerkes — Extrait de Bouillon de poulet pour l’âme des ados.

 

Être « diplômé de la vie », n’est-ce pas là une grande fierté ?
Au fait, combien de diplômes avez-vous?...

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 20:01









































































Si ce sujet vous intéresse, consultez aussi ce
bulletin-ci. 



Alzheimer


Les souvenirs sont des trésors
Qu'on garde en soi jusqu'à sa mort.
Ils nous éclairent dans la nuit
Meublent nos esprits quand on est seul
Refont revivre nos aïeuls
Et donnent un sens à notre vie.

C'est grâce à eux qu'on revivra
Les meilleurs moments d'autrefois
Et qu'on revoit de vieux amis
Comme s'ils n'étaient jamais partis.

Certains souvenirs peuvent blesser
Et donner envie de les oublier
Mais ils permettent aussi d'éviter
Les pièges déjà rencontrés.

Que ferions-nous sans souvenirs ?
Sans mémoire pour nous définir ?
Pourtant de plus en plus de gens subissent ce calvaire
De ce mal qu'on nomme Alzheimer.

Juste un instant, essayez d'imaginer
Que vous oubliez ceux que vous aimez,
Que tous vos gestes quotidiens
Pour vous ne signifient plus rien ?

Difficile à imaginer, n'est-ce pas ?
C'est pourtant la réalité.
Et le cruel destin
Que doivent endurer certains.

Ils ne sont pas seuls à souffrir
De voir sombrer leurs souvenirs,
Leurs proches aussi sont affligés
Mais cachent leurs larmes pour les respecter.

Ils gardent leur chagrin en eux,
Car chaque mot devient un Adieu,
En espérant chaque fois, qu'au dernier moment.
Cette personne qu'ils aimaient tant
Se souviendra et ne gardera que le meilleur,
Gravé dans la mémoire de son cœur.

 

(trouvé sur le merveilleux site Chez Maya)


Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 20:00


Si je vis dans une maison impeccable où tout est parfaitement rangé, mais sans espace pour l'amour, je suis une femme de ménage, non une femme d'intérieur.

Si j'ai du temps pour cirer, polir et décorer mais pas d'amour, mes enfants apprennent la propreté plutôt que la pureté.

L'amour abandonne la poussière, en quête de rires d'enfants.

L'amour sourit à la vue des petites empreintes de mains sur la vitre fraîchement lavée.

L'amour essuie les larmes avant d'essayer le lait renversé.

L'amour prend un enfant dans ses bras avant de ramasser les jouets.

L'amour reste présent à travers les épreuves.

L'amour réprimande, blâme et écoute.

L'amour nage avec le bébé, marche avec le bambin, court avec l'enfant puis s'écarte pour permettre à l'adolescent de passer à l'âge adulte.

L'amour est la clé qui ouvre le coeur d'un enfant et y dépose un message d'espoir.

Avant d'être mère, j'étais très fière de ma maison entretenue à la perfection. Maintenant je suis très fière de la perfection de Dieu qui habite mon enfant.

En tant que mère, j'ai beaucoup de choses à enseigner à mon enfant mais la plus importante de toutes, c'est l'amour.

Jo Ann Merrill

Source : Laz, Médard. L'amour, le chocolat du coeur, Les Éditions AdA Inc.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:59


Cliquez sur l'image pour le  visionnement

Nous vivons une période cruciale. Les scientifiques nous disent que nous avons 10 ans pour changer nos modes de vie, éviter d'épuiser les ressources naturelles et empêcher une évolution catastrophique du climat de la Terre.

Il faut que chacun participe à l'effort collectif et c'est pour sensibiliser le plus grand monde que j'ai conçu le film HOME.

Afin de diffuser ce film le plus largement possible, il fallait qu'il soit gratuit. Un mécène, le groupe PPR, a permis qu'il le soit. EuropaCorp, qui en assure la distribution, s'est engagé à ne faire aucun bénéfice car HOME n'a aucune ambition commerciale.

J'aimerais que ce film devienne aussi votre film. Partagez-le. Et agissez.

Yann Arthus-Bertrand


 

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:03




Aujourd'hui, laissez-moi vous raconter
L'histoire d'une huître infortunée.
Un jour, elle vit qu'un peu de sable
Dans sa coquille s'était infiltré.

Oh! Ce n'était qu'un grain minuscule,
Mais il lui causait un grand tourment.
Car, voyez-vous, aussi placides soient-elles,
Les huîtres ne sont pas dénuées de sentiments.

L'huître décida-t-elle de maudire
Ce destin peu enviable
Qui la mettait ainsi sans prévenir
Dans un état si lamentable?

Se mit-elle à blâmer le gouvernement?
À exiger des élections?
À reprocher à l'océan,
De ne pas lui avoir accordé protection?

Non, se dit-elle après y avoir pensé,
Allongée dans son humble logis.
Si ce grain de sable est là pour rester,
Alors à moi d'en tirer profit.

Après des mois et des années
De vie commune avec le grain,
L'huître rencontra enfin sa destinée :
On la pêcha en vue d'un grand festin.

Et le minuscule grain de sable,
Qui lui avait causé tant de tracas,
Était devenu une magnifique perle
Qui brillait maintenant avec éclat.

La morale de cette histoire,
C'est qu'il est étonnant de constater
Ce qu'une huître a le pouvoir de faire
Avec un grain de sable qui s'est imposé.

Pensez à tout ce que vous pourriez accomplir,
En faisant preuve de bonne volonté,
Si vous décidiez d'embellir
Ce que vous voyez comme des contrariétés.



Auteur inconnu. Source : Bouillon de Poulet pour l'âme des ados

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:02



Il était une fois un homme très en appétit, qui cherchait un endroit pour soulager cette faim qui le tenaillait. Après avoir cherché longtemps, il découvrit enfin sur sa route un restaurant qui l'inspira beaucoup par son menu élaboré et appétissant exposé à l'extérieur.

Ravi, il entra dans l'établissement, s'assit à une table, relut attentivement le menu, décida ce qu'il mangerait et attendit fébrilement qu'on le serve.

Il observa tout autour de lui des gens qui dégustaient des plats, tous plus alléchants les uns que les autres. Il avait très hâte de manger et se demandait où étaient les serveurs. Il attendit... attendit... et finit par s'impatienter.

En colère contre les responsables de l'établissement, il frappa sur la table avec ses poings pour attirer l'attention. Il ne comprenait pas qu'on puisse l'ignorer ainsi.

Soudain, en observant davantage ce qui se passait autour de lui, il se rendit compte qu'il y avait un buffet... Que tout était étalé sur les tables, mais qu'il devait se lever et aller se servir...

« Eh oui! La vie est un buffet! Tout est là pour vous, tout près... à votre portée. Mais il faut vous lever et aller le chercher... »


Source : LeBon, Violette. Le secret de la prospérité : la spiritualité, Les Éditions Québécor, 2007.

Partager cet article

Repost0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:00



Son nom est Katie Kirkpatrick, 21 ans. Près d'elle se trouve son fiancé, Nick, 23ans.
Cette photo a été prise avant leur mariage, le 11 janvier, 2005.
Katie avait le cancer et était en phase terminale et elle passait des heures en chimiothérapie. Ici, Nick attend pendant qu'elle termine une session...


Cette touchante histoire a été trouvée sur le site conçu par Wilda,
arrière-grand-maman de Janica, cette jeune femme de 27 ans décédée
quelques mois après avoir donné naissance à 2 petites jumelles.
Je vous invite à découvrir son
très beau site.




Cliquez sur l'image pour lire la suite de l'histoire...

Partager cet article

Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 20:01



Lorsqu'on regarde le tracé d'un fleuve sur un plan, entre sa source et la mer où il se jette, on le voit tantôt avancer droit, tantôt zigzaguer, parfois même repartir momentanément en sens contraire. Celui qui naviguerait sur ses eaux pourrait avoir le sentiment d'hésitations et de contradictions dans son parcours.

Pourtant, si l'on regarde une coupe latérale du terrain où coule ce fleuve, on constate qu'il ne cesse jamais un instant de progresser le long de la pente qui le conduit jusqu'à la mer. Même ses revirements, même ses zigzags font partie du trajet le plus court — a-t-on jamais vu le moindre cours d'eau remonter une pente ? — vers son embouchure.

Le cours de nos vies ressemble à celui d'un fleuve. De l'extérieur, on peut avoir l'impression que telle personne « recule », qu'elle ne progresse plus, que sa vie est toute de contradictions ; on peut même avoir ce sentiment-là sur sa propre existence. Combien de fois, pourtant, constate-t-on, avec le recul, que ce chemin-là était en fin de compte le plus approprié, celui qui préparait le mieux cette personne (ou soi-même) aux prochaines étapes de sa vie ?

Cette métaphore du fleuve incite à se montrer prudent dans les jugements superficiels qu'on est facilement enclin à porter sur autrui, et pas seulement des personnes d'ailleurs, mais des sociétés, des pays, toutes sortes de structures. Ce qui peut sembler être un recul, un revirement, à court terme, peut se révéler plus tard un détour indispensable.

À défaut de pouvoir se garder d'émettre des jugements — chacun sait combien c'est difficile — on peut au moins éviter de les prononcer comme des sentences définitives que le temps se chargera bien souvent de faire mentir.

« Les détours que nous impose la vie sont souvent la façon la plus rapide d'atteindre le but fixé. »


Olivier Clerc (texte trouvé sur le très beau blog Émergence du coeur)

Partager cet article

Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 20:04





Reprendre goût à la vie... après un deuil

 

Lorsqu'on perd un proche, le deuil peut durer des mois, voire des années, et on peut avoir l'impression qu'on n'en verra jamais la fin. Voici des suggestions pour retrouver l'envie de vivre après la disparition d'un être cher.

La disparition d'un proche, que ce soit un parent, un compagnon ou un enfant, est une des expériences les plus pénibles qui soit. Une épreuve dont on a souvent l'impression qu'on ne se remettra jamais. La peine ressentie est incommensurable. Pourtant, la douleur a une fin. Peu à peu, on s'habitue à l'absence de l'être aimé. L’acceptation de son départ amène l'apaisement et, éventuellement, la « guérison »du cœur. 

Faire son deuil implique de se sentir déstabilisé et vulnérable pendant une certaine période. C'est traverser chacune des étapes qui mènent, petit à petit, à l'acceptation. 

Le processus de deuil prend du temps, et il est important de comprendre comment se déroule cette longue « guérison ». En effet, un deuil mal vécu peut avoir des effets dévastateurs sur la santé physique et mentale. À l'inverse, plusieurs personnes qui ont passé à travers un deuil considèrent qu'il a été une occasion de se connaître davantage et de changer pour le mieux. 

Les différentes étapes du deuil sont le choc et le déni, la colère et la révolte, le marchandage, la tristesse et la dépression et, enfin, l'acceptation. Au début, on est sidéré, et on a l'impression que le monde s'écroule. La mort de l'être cher est alors vécue comme une privation, un déchirement, voire une punition. Aussi le manque de la présence de l'autre se fait-il d'autant plus sentir. La solitude nous pèse, et le besoin de « s'appuyer » sur les autres apparaît. Faire son deuil ne veut pas dire oublier l'autre, mais accepter qu'il ne soit plus là. Faire son deuil, c'est aussi consentir à prendre soin de soi, panser sa blessure et être indulgent envers soi-même.


La période de réorganisation
 

Elle commence lorsque la perte est acceptée et reconnue. L’acceptation est plus facile si on donne libre cours à ses émotions, si on met des mots sur ses sentiments et si on pleure chaque fois qu'on en ressent le besoin. Il est important de se permettre d'avoir du chagrin et de vivre au jour le jour, lorsqu'on se sent déprimé. Au besoin, on n'hésite pas à consulter un médecin ou un thérapeute spécialisé dans le deuil. On peut accepter l'aide des autres, sans toutefois les laisser nous convaincre de faire des choses pour lesquelles on ne se sent pas prêt. 

Cette période est aussi une phase de « reconstruction ». En général, après un an, on retrouve une certaine joie de vivre et on se sent à nouveau capable de penser à des projets : chercher un nouveau partenaire, concevoir un enfant,
déménager, etc. Cette étape peut être entrecoupée de rechutes temporaires, par exemple le jour de l'anniversaire de la mort de l'être cher ou au cours d'une fête familiale, où l'absence de celui-ci réveille des émotions douloureuses.


Des attitudes susceptibles de nous aider

Chercher de l'aide en cas de deuil traumatique.


Lorsque
les circonstances
de la disparition sont tragiques — suicide, meurtre ou accident —, le deuil s'accompagne souvent d'une forte culpabilité et de symptômes tels que des flash-back et des cauchemars. Un deuil traumatique nécessite souvent une consultation spécialisée, car les symptômes ne disparaissent pas avec le temps.

Choisir de sortir de sa solitude.


Il est souvent difficile de confier ses angoisses et sa tristesse à son entourage. Ainsi, le fait de rencontrer des gens qui sont dans la même situation nous permet de parler plus librement. La Maison Monbourquette, située à Outremont, offre plusieurs services aux gens endeuillés, dont une ligne d'écoute gratuite, accessible de partout au Québec :
1 888 423-3596
.

Continuer de se « nourrir » sur le
plan affectif.

L’affection et la présence que nous apportait la personne décédée nous « nourrissaient ». Il est donc important de renforcer les liens avec nos proches ou d'établir de nouvelles relations afin de subvenir à nos besoins affectifs.


Reconnaître
l'héritage affectif légué par le {la} défunt {e}.

On peut dire, par exemple : « Grand-papa appréciait les réunions familiales, et il était attentif à chacun. Il m'a montré l'importance de la famille. » II est aussi essentiel de régler les affaires non résolues avec la personne disparue, en exprimant nos émotions sur papier, par exemple.

Se donner le droit d'investir dans la vie.


Avec le temps qui passe, on peut reprendre nos activités et faire de nouvelles rencontres. On peut faire des projets, même s'ils sont modestes. Toutefois, on évite d'effectuer des changements majeurs au cours de la première année suivant le décès.

Prendre soin de soi.
Autant que possible, on doit maintenir une routine normale et manger convenablement. Et, surtout, on s'autorise à faire des choses qui nous font du bien. La mort des autres doit nous faire prendre conscience que chaque jour vécu est un cadeau.


Revue Moi & Cie — Mai 2009
Par France Lécuyer, Spécialiste en psychologie (M.A.PS.) et infirmière









Voici également deux diaporamas qui pourront vous aider à passer au travers cette étape difficile qu'est le deuil d'un être cher. Chaque diaporama regroupe une dizaine de textes réconfortants, et de nombreuses courtes pensées inspirantes.

 



 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 20:03



Le petit pot de crème
 


Pour utiliser les endorphines, ces calmants naturels...

 

Lorsque nous ressentons de l’anxiété, nous le savons car notre corps nous en informe par un malaise physique. Il s'agira le plus souvent d'un serrement au niveau de la poitrine, du cœur, de la gorge, du plexus solaire ou de la tête. L’anxiété peut aussi revêtir la forme de palpitations, d'une tension de certains muscles, de crampes ou de douleurs situées dans certaines parties du corps. Bien que l'anxiété relève de notre système émotif, elle se traduit toujours sur le plan physique, et c'est pourquoi nous la percevons. 

Le présent truc nous donnera un outil pour travailler sur les symptômes générés par l'anxiété. Il n'en dissipera pas les causes, mais en atténuera grandement les manifestations. Pour ce faire, nous profiterons encore une fois de l'outil le plus génial qui soit et qui est toujours disponible, notre cerveau. On dit que nous utilisons seulement de cinq à dix pour cent des capacités de notre cerveau, dont le potentiel est pourtant presque illimité. Voyons maintenant un des pouvoirs méconnus qu'il détient grâce à la production d'endorphines : un pouvoir calmant, analgésique, anxiolytique, antispasmodique et même euphorisant.

Les endorphines sont des substances naturelles sécrétées par le cerveau et qui ont le pouvoir de calmer la douleur. Elles sont produites automatiquement dans certaines circonstances où un effort physique soutenu est sollicité. Puisque les situations d'anxiété entraînent plutôt des états de passivité et d'inactivité, il n'y a pas alors production automatique des endorphines qui seraient nécessaires pour calmer les malaises physiques générés par l'anxiété. C'est pourquoi, grâce à l'imagerie, nous donnerons à notre cerveau la commande de produire ces endorphines quand nous en avons besoin. 

Visualisons un petit pot de crème pour le corps et attardons-nous à sa forme et à sa couleur. Enlevons le couvercle et observons la belle crème qui s'y trouve; elle est douce, calmante, relaxante et elle a le pouvoir de cicatriser, de rafraîchir ou de réchauffer, selon notre besoin. 

Imaginons que nous appliquons cette crème sur une partie de notre corps qui cause un malaise. Nous la sentons alors pénétrer à l'intérieur de la peau, détendre cet endroit et calmer le serrement ou la douleur qui l'habite. Nous prenons conscience du bien-être que cette crème nous apporte et nous respirons profondément. 

Dans les faits, nous venons simplement de dire à notre cerveau qu'il lui fallait produire des endorphines et les diriger exactement vers cette partie de notre corps où nous ressentons le malaise. Quand il sait exactement ce que nous désirons, notre cher cerveau répond positivement à nos demandes. C'est pourquoi nous devons, pour obtenir le soulagement du malaise physique que nous ressentons, lui spécifier le genre de traitement dont nous avons besoin en précisant la propriété que doit détenir la crème, soit calmer, décontracter, rafraîchir, réchauffer, activer (pour les membres engourdis) ou toute autre caractéristique. 

Puisque cet exercice déclenche la production d'une substance antidouleur, nous pouvons également le faire pour soulager toute douleur physique, que celle-ci relève ou non de l'anxiété.


Techniques faciles pour vaincre l'anxiété. Reid, Louise. Les Éditions Québécor

Partager cet article

Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 20:02







Écoute-moi...


Écoute-
moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Accorde-moi seulement quelques instants
Accepte ce que je vis, ce que je sens,
Sans réticence, sans jugement.


Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Ne me bombarde pas de conseils et d'idées
Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés
Manquerais-tu de confiance en mes capacités?

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
N'essaie pas de me distraire ou de m'amuser
Je croirais que tu ne comprends pas
L'importance de ce que je vis en moi

Écoute-moi, s”il te plaît, j'ai besoin
de parler
Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas
Voudrais-tu que ta moralité
Me fasse crouler de culpabilité?

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Ne te crois pas non plus obligé d'approuver
Si j'ai besoin de me raconter
C'est simplement pour être libéré

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
Je me sentirais incompris et manipulé
Et je ne pourrais plus rien te communiquer

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Ne m'interromps pas pour me questionner
N'essaie pas de forcer mon domaine caché
Je sais jusqu'où je peux et veux aller

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Respecte les silences qui me font cheminer
Garde-toi bien de les briser
C'est par eux bien souvent que je suis éclairé

Alors maintenant que tu m'as bien écouté
Je t'en prie, tu peux parler
Avec tendresse et disponibilité
À mon tour, je t'écouterai
 

Jacques Salomé


(blog Émergence du coeur)

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:59



Diminuer le bouillonnement de pensées

 

Pour s'endormir plus facilement

Lorsque nous avons de la difficulté à nous endormir, il y a une forte possibilité que nous n'arrivions pas à nous détendre parce que notre cerveau nous bombarde de dizaines de pensées, d'idées, de scénarios, d'excitation, de peurs, de souvenirs agréables ou douloureux, en fait, d'éléments qui stimulent notre imagination et notre système émotif. Nous sommes probablement exténués et nous voudrions nous endormir, mais notre cerveau nous joue de drôles de tours. Dans ces moments, nous pourrions presque dire qu'il bouillonne de pensées diverses. 

Lorsqu'un élément subit l'ébullition, c'est qu'une source de chaleur l'alimente. Nous partirons donc de ce principe pour ralentir le processus de notre cerveau et l'aider à se calmer. 

En premier lieu, nous nous amusons à imaginer une marmite qui se trouve sur le rond allumé d'une cuisinière. Puis, nous laissons venir à notre esprit les principales pensées qui nous empêchent de nous détendre. Nous attrapons la première pensée qui nous dérange et nous la plaçons dans la marmite. Nous passons à la pensée suivante et nous la déposons au même endroit. Dès que deux pensées se retrouvent ensemble, elles commencent à bouillir doucement.

Nous continuons ainsi avec tous les éléments qui se bousculent dans notre tête et l'un à la suite de l'autre, nous les mettons dans le chaudron. Plus nous
y déposons de pensées et d'idées, plus le bouillonnement augmente. 

Après avoir transféré toutes les pensées qui nous empêchaient de nous détendre, nous regardons attentivement le chaudron et le bouillonnement intense qui se produit à l'intérieur. Sous la marmite, le rond de la cuisinière est rouge vif. 

Nous abaissons lentement la température du rond et le bouillonnement se calme peu à peu. Nous diminuons encore la température et nous voyons que le contenu mijote très doucement. Nous plaçons le bouton de contrôle à son degré le plus bas et nous voyons que le contenu frémit à peine. 

Nous mettons le couvercle. Nous fermons le rond de la cuisinière, nous respirons profondément et nous prenons conscience du calme qui s'est établi en nous. 

Cet exercice est particulièrement efficace lorsque nous n'arrivons pas à dormir. Il peut aussi être utilisé chaque fois que nous éprouvons une surexcitation qui nous empêche de nous sentir bien.

Aussi, la surexcitation est constituée d'un curieux mélange de peur et de joie, d'espoir et de crainte, d'une volonté d'avancer et d'un désir de reculer, somme toute, d'un grand nombre de contradictions qu'il est souvent difficile de déceler. Grâce à cet exercice du bouillonnement de pensées, nous n'avons nullement besoin de discerner les conflits qui nous assaillent. Nous demandons simplement à notre cerveau de les apaiser, ce qu'il s'empressera de faire dès qu'il comprendra notre besoin. 

Que ce soit en plein jour ou au moment de plonger dans le sommeil. nous détenons maintenant un outil qui peut parfaitement lutter contre l'agitation si cette dernière se manifeste dans des moments inopportuns et nous cause de l'anxiété.


Techniques faciles pour vaincre l'anxiété. Reid, Louise. Les Éditions Québécor

 

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:58



Déployer des petits soldats

 

Pour diminuer l'anxiété reliée au cancer

Toute personne qui vit un cancer traverse une période de grave anxiété car elle est confrontée à la notion de la mort, de la fin possible de sa vie. Il y a quelques décennies à peine, le diagnostic du cancer équivalait à une condamnation à mort quasiment automatique. Heureusement, la lutte contre cette maladie a beaucoup progressé et les pronostics sont désormais moins alarmants. Plusieurs types de cancer régressent ou peuvent être guéris grâce à la chirurgie, à la radiothérapie ou à la chimiothérapie. 

Cependant, lorsqu'un médecin annonce à un patient qu'il souffre d'un cancer, cette personne éprouve toujours un choc ainsi qu'un sentiment d'impuissance. Bien sûr, nous pouvons avoir une confiance absolue en notre médecin et en la médecine moderne. En revanche, le fait que nous pouvons mourir ne peut être que bouleversant. L’entourage tentera de se faire rassurant en nous disant que de plus en plus de gens vainquent le cancer, que nous sortirons grandis de cette épreuve, qu'ils sont avec nous et que tout se passera bien. Il reste que, devant une telle éventualité, nous risquons de nous sentir profondément seuls et désarmés. 

Notre corps possède des milliards de cellules qui sont programmées pour mourir au fil des années. Le cancer se développe
lorsque des cellules se dérèglent et qu'au lieu d'être éliminées, elles se multiplient en créant d'autres cellules malades, qui s'amalgament et forment des tumeurs. 

Dans cet exercice, nous allons travailler à reprogrammer ces cellules de façon qu'elles disparaissent. Notre cerveau comprendra bien le message et il s'exécutera en ce sens. Ce truc peut aussi être très utile aux gens qui ne sont pas atteints de cancer mais qui craignent de l'être et qui, au moindre malaise, se demandent si une tumeur cancéreuse ne serait pas en train de se former. 

Face à une maladie cancéreuse, nous avons besoin d'un appui solide et nous pouvons le trouver en nous, toujours grâce à notre merveilleux cerveau. Étant donné que l'anxiété qui accompagne cette maladie découle du sentiment d'être désarmé et impuissant face à elle, nous allons lever une armée pour la combattre et pour nous redonner un sentiment de pouvoir. 

Nous nous installons confortablement. Nous respirons profondément et nous laissons notre pensée s'amuser à imaginer une armée complète de petits soldats. 

Tout comme dans les films de science-fiction, ceux-ci sont armés de fusils spéciaux, qui projettent des radiations. Nous leur donnons l'ordre de se répandre dans notre corps, de se diriger partout et d'exterminer toute cellule suspecte en lui lançant des radiations. Si le cancer est localisé dans une partie précise de notre corps, nous en voyons des bataillons complets à cet endroit, mais nous expédions aussi des soldats dans le reste du corps au cas où certaines cellules auraient eu l'idée de migrer. 

Tous les jours, nous pouvons réunir nos soldats, leur adresser un discours de motivation et leur demander de retourner au travail. Ainsi, nous nous sentirons moins seuls et désarmés face à la maladie.

Aucune recherche encore n'a permis de mesurer les résultats de ce type d'exercice, mais il est répandu dans plusieurs hôpitaux pour enfants. Cependant, puisque les médecins s'entendent pour dire que les gens qui ont un bon moral et ne sont pas aux prises avec l'anxiété luttent plus efficacement contre le cancer, pourquoi ne pas mettre nos petits soldats à l'œuvre dès maintenant ?

Source : Techniques faciles pour vaincre l'anxiété. Reid, Louise. Les éditions Québécor

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:53



Valeurs essentielles

Lorsque tu ne sais plus aimer ou t’intéresser aux autres, tu commences à vieillir.

De fait, quand tu es capable d’aimer pour de vrai, tu ne vieillis pas.

L’absence d’un réel amour rend les jeunes bien vieux ; et la ferveur d’un amour toujours vivant donne la joie de vivre aux gens rendus à la mi-temps de la vie.

C’est dans ta tête que les idées naissent, mais c’est dans ton cœur qu’elles grandissent et se développent. La mémoire de ton cœur est essentiellement primordiale pour grandir et vivre au cœur de ta vie !

Fais confiance aux personnes que tu rencontres car elles sont très souvent bien meilleures que tu le penses. Fais aussi confiance au temps qui jouera en ta faveur si tu montres de la patience envers lui. Fais aussi confiance aux petits détails de la vie car c’est à travers eux que bien souvent la vie reçoit toute sa lumière et sa force.

Ce n’est jamais perdre ton temps que d’en prendre pour parler aux gens, les écouter et pour de vrai… aimer. Pourquoi être si pressé ?

O
ui, pratique ton sourire, le vrai, celui qui vient de ton cœur. Il illumine la nuit des gens ; il réchauffe les cœurs froids ; il transforme les attitudes ; il fait naître l’espérance et le goût de vivre !

On ne peut résister au vrai sourire de ton cœur !

Tu apprends beaucoup quand tu sais écouter, regarder et toucher les personnes ; même celles qui te semblent plus démunies. C’est du temps gagné pour semer la tendresse et l’amour !

Garde aussi pour toi de précieux temps de solitude pour calmer les vagues sur le lac de ton âme, et surtout pour entendre les musiques qui chantent au fond de ton cœur. Ainsi, tu te connaîtras et tu entreras dans le pays de la paix et de l’équilibre. Là seulement, tu découvriras le chemin qui mène au cœur des autres.

Chaque personne garde bien précieusement un secret dans son cœur. C’est une intimité de droit inviolable ! Seul l’amour peut en décider la révélation en temps opportun.

Les grandes blessures d’angoisse, de rejet et de dépréciation personnelle ne se cicatrisent qu’avec le temps et beaucoup d’amour ! Le temps et l’amour font renaître la confiance !

La nature t’apprend beaucoup aussi quand tu sais la regarder, l’écouter et la toucher. Voilà un savoir aimer.

Ce n’est pas gaspiller de ton temps aussi que d’en perdre pour écouter siffler le vent, pour marcher dans les feuilles mortes de l’automne et t’y enrouler comme le font les enfants et pour regarder tomber la pluie et la neige toute blanche.

C’est beau, c’est sain, c’est pur ; ça aide à vivre que de marcher tout doucement dans la nature et d’admirer les fleurs des champs, les oiseaux, les nuages, le ciel et la vie !

Eh bien, toutes ces pensées que tu viens de lire, crois-moi, elles renferment des trésors importants et des valeurs essentielles pour ta vie de chaque jour.

Il y a du bonheur dans ton cœur et dans ta vie ! Regarde bien autour de toi ! Le bonheur te donne rendez-vous ! Choisis d'aimer avec le sourire de ton cœur.

Jules Beaulac, Prêtre du diocèse de St-Hyacinthe, Québec

 

Partager cet article

Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:52



L'amour inconditionnel

 

Puis-je être moi-même à tout moment, et puis-je permettre aux autres d'être eux-mêmes sans les juger, les conditionner, les critiquer ?

Suis-je capable d'aimer, d'aimer encore et toujours, sans rien demander en retour?

Si je peux répondre « Oui » à cette question, alors je peux apprendre à aimer sans condition.

Puis-je aimer quelqu'un avec la même profondeur et le même degré, que nous soyons ensemble ou séparés ?

Est-ce que je suis capable d'aimer encore quelqu'un même si je n'approuve pas quelque chose qu'il ait dite ou faite ?

Suis-je capable d'aimer quelqu'un à un tel point que je sois prêt à le laisser aller pour qu'il grandisse et qu'il mûrisse ?

Suis-je capable d'aimer quelqu'un suffisamment au point de cesser de l'aider si, en continuant de l'aider, cela va retarder sa croissance et son évolution ?

Suis-je capable d'aimer suffisamment au point de voir cette personne me quitter pour quelqu'un d'autre, et ne garder ni amertume, ni ressentiment, ni jalousie ? 

Eileen CADDY





Partager cet article

Repost0

Bienvenue Sur Mon Blog!

  • Nicole Charest
  • Passionnée par tout ce qui touche la psychologie, la spiritualité, la communication et l'écriture, je viens partager avec vous une panoplie de textes de ressourcement, d'outils de développement personnel et de diaporamas inspirants.
  • Passionnée par tout ce qui touche la psychologie, la spiritualité, la communication et l'écriture, je viens partager avec vous une panoplie de textes de ressourcement, d'outils de développement personnel et de diaporamas inspirants.

Rechercher Dans Ce Blog

La pensée du jour

 

Collection « Petites douceurs »

 

Petites douceurs
pour le coeur
 eBooks gratuits
   

    

icone-pour-blog-copie-1.gif

Les diapos « Petites douceurs »


montage_diapos.gif