Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 14:11

 

Chers abonnés, bonjour,

Je viens vous faire un dernier petit coucou avant la période estivale. J'espère que chacun-chacune en profiter pour refaire le plein d'énergie, autant physique que mentale.

Pour la dernière fois, je laisse le lien vers mon site Les Messagères. Comme c'était un projet ponctuel (levée de fonds pour l'école de ma petite-fille) et qu'il ne me reste que quelques cartes, je ne compte pas renouveler l'hébergement de mon site en août 2016. Prix d'une carte : 4,75 $ au lieu de 6 $ (+ livraison). Un grand MERCI à toutes les personnes qui m'ont encouragée dans cette belle aventure.

Bon été à tous!

Votre webmestre, Nicole

 


Quand le paradis et l'enfer semblent se côtoyer

Lors de certaines périodes de notre vie, nous traversons des périodes intenses, remplies d’autant de grands bonheurs que de grandes souffrances. Nous pouvons alors avoir l’impression que ce n’est pas juste, que nos bonheurs sont gâchés par ces souffrances qui apparaissent au moment inopportun, comme si elles nous empêchaient de vivre pleinement notre bonheur.

Et pourtant, la Vie est ainsi constituée : bonheur et douleur en alternance. Quoi que nous fassions, c’est la Vie! Plus nous y résistons, plus les périodes douloureuses sont souffrantes. Accueillir ce que la Vie nous offre chaque jour est un merveilleux cadeau à se faire.


Cela s’appelle vivre dans le moment présent!

Respirer le bonheur et le savourer est aussi important que de respirer DANS la souffrance et la vivre pour comprendre son message. Vouloir éviter l’un de ces aspects c’est se priver des deux!

La Vie nous donne tout : des occasions de grandir et des occasions de savourer. Des moments pour recevoir et des moments pour rendre grâce. Des événements pour apprendre et des événements pour intégrer. Des périodes de travail sur soi et des périodes de repos. Des moments de bonheur et des moments de douleur. Tout est intégré.

Toute la Vie est construite sur ces deux pôles et nous naviguons sur cette mer en suivant le flot ou en y résistant, ce qui s’avère non seulement inutile mais terriblement souffrant.

En vivant intensément le moment présent, quel qu’il soit, nous savourons tout ce qui nous est offert, même si notre ego cherche à catégoriser le tout en bien ou mal, notre âme sait que tout nous est utile.

La douleur et le bonheur font équipe pour nous faire évoluer, pour nous apprendre à mieux aimer. Nous pouvons croire que le paradis et l’enfer se côtoient continuellement, mais c’est simplement la Vie qui se déploie POUR nous, telle qu’elle est, pour que nous explorions tout ce que nous sommes, pour que nous devenions Amour. Et tout est parfait!


 

Auteure : Diane Gagnon, coach, formatrice, conférencière

Suivez-la sur : Facebook ou encore via le site : La solution est en vous

Procurez-vous son nouveau livre : À moi de moi! (101 cadeaux à se faire avec amour pour développer l'estime de soi). Offert en version papier ou électronique.

Pour commander : Europe : Amazon.fr et Canada : Amazon.ca

 

Quand le paradis et l'enfer semblent se côtoyer

François Lemay, spécialiste en enseignement de pleine conscience


En janvier 2016, j'ai découvert avec grand bonheur les capsules Youtube créées par François Lemay. Maître coach de formation en programmation neuro linguistique, François est un as de la communication et un excellent vulgarisateur. Il a ce don de créer de la raisonnance et de connecter avec son public et ce, avec une simplicité désarmante.

Si vous désirez devenir la meilleure version de vous-même, réservez-vous du temps pour écouter les capsules ci-dessous. Vous pouvez également le suivre sur sa page Facebook ou sur sa chaîne Youtube.

Quand le paradis et l'enfer semblent se côtoyer

Quand le paradis et l'enfer semblent se côtoyer
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 09:50

 

Quel titre cliché, n'est-ce pas?

Nous savons ça depuis que nous sommes tout petits. C'est une telle évidence qu'on n'a pas besoin de le dire.

Cependant, est-il possible que ce soit ainsi partout? Non seulement dans la nature observable mais dans nos vies également?

Nous passons notre vie, de notre naissance à notre mort, à vivre des « petites morts ». Toutes, sans exception, mènent à une nouvelle vie. Et il faut dire qu'en général, cette nouvelle vie est meilleure que celle d'avant.

Ainsi, chaque deuil est une mort en soi. Rien d'agréable durant le processus, mais combien magnifique lorsque nous débouchons sur la nouvelle vie.

Nous restons pourtant centrés sur le deuil, sur la mort, sur la fin. Nous n'arrivons pas à nous centrer sur ce qui vient parce qu'on ne le voit pas, on ne l'imagine pas, on ne le devine pas.

Nous pouvons cependant nous y accrocher en se remémorant cette transition magnifique qui est celle du printemps. Nous savons que l'on va vers l'été. Nous savons que ce sera beau. Nous imaginons déjà les fleurs et la nature resplendissante.

Pendant nos processus de deuil, aussi difficiles soient-ils, il faut se rappeler cette vérité toute simple. Si simple que plus personne ne la dit :

« Après l'hiver, le printemps... »

Dans la nature comme dans nos vies.

 


Jean Rochette, coach personnel, formateur, auteur et conférencier

 

 

« Notre destin ressemble parfois à un arbre fruitier en hiver,
et pourtant, qui douterait qu'au printemps,
ses branches reverdiront et fleuriront à nouveau. »

 

 

Après l'hiver, le printemps

De tout coeur avec toi...

 

Voici une vidéo qui fera du bien à toutes les personnes qui, présentement, sont « en plein hiver » dans leur vie et qui parfois doutent que le printemps puisse revenir... (Conception et texte : Nicole Charest, avril 2012)


 

Après l'hiver, le printemps

Version diaporama

Après l'hiver, le printemps

Pensée à imprimer

 

Conçue en format photo, prête à faire développer, vous pouvez aussi imprimer cette pensée à partir de votre imprimante ou la joindre à un courriel en tant qu'image. Placez votre souris sur l'image et avec le bouton droit, cliquez sur Enregistrer l'image sous...

 

Après l'hiver, le printemps
Après l'hiver, le printemps
Après l'hiver, le printemps
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 08:35
 
 

« L'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions », écrivait Mauriac. « Elle est nécessaire à la connaissance de soi », ajoute Sénèque.

Force est de constater qu'il faut parfois beaucoup de sang-froid et de résistance morale et physique pour faire face aux difficultés que la vie met sur notre chemin.

Un échec professionnel, une rupture amoureuse, des soucis d'argent, un contretemps qui survient au plus mauvais moment... nos existences sont jalonnées de difficultés, de rendez-vous manqués, d'imprévus, d'échecs, d'où la nécessité d'apprendre à relativiser tout ce qui nous arrive malgré nous, et notamment le mauvais. Ou du moins ce que nous percevons comme étant mauvais.

Car il y a toujours une leçon à tirer d'une difficulté. Et la façon même dont nous l'appréhendons peut être à elle seule un enseignement.

L'une des clés pour faire face aux difficultés est non de les combattre et les prendre de front, mais de les contourner en cherchant leur aspect positif. Dans l'adversité, l'état d'esprit fait tout.

– Source : Le livre de la sérénité - Catherine Rambert, p. 155

 

« L'épreuve est nécessaire à la connaissance de soi.
C'est l'expérience qui nous fait prendre la mesure de nos propres forces. »
Sénèque

Les diapos « Petites douceurs » présentent...

« Préférez-vous être heureux ou avoir raison ? » Voilà la réflexion que je vous propose via ce nouveau diaporama.
    null
                                                                                                      
     

 

 

 

 null

 

null 

 

La communication

 

On pense à tort que parce qu'on sait parler, on sait communiquer. Rien de plus faux... La communication est un art qui s'apprend et qui se développe au fil du temps.

 

Voici un dossier qui vous permettra d'améliorer vos relations, qu'il s'agisse de votre vie personnelle ou professionnelle.

Cliquez sur l'image. 

La blague du blog

Les futurs mariés sont devant l'autel en attendant que le prêtre les marie, quand la jeune femme remarque les clubs de golf de son futur mari à côté de la porte et lui demande :
— Veux-tu m'expliquer pourquoi tes bâtons de golf sont là ?
— Ça ne va quand même pas prendre tout l'après-midi, non ?



16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 18:06

 

Accepter l'inacceptable

Il arrive quelques fois que nous devons accepter une situation qui nous semble inacceptable, par exemple la mort d’un enfant, un divorce, un cancer, un licenciement, un incendie, etc., et nous ignorons si nous aurons la force d’y faire face.

Accepter une tragédie est très difficile. Il est alors normal, voire souhaitable, de rager contre le ciel ou le destin devant notre impuissance parce que cette étape fait partie du processus qui nous mène à accepter l’inacceptable. Mais afin de vraiment cicatriser une blessure émotive, physique ou spirituelle, il faut cesser toute résistance devant le fait accompli, car la résistance amplifie la souffrance.

Pour réussir à accepter l’inacceptable, nous pouvons nous représenter la vie comme une magnifique tapisserie. Si l’on regarde de trop près le motif qui nous occupe en ce moment, on n’a plus de vue sur l’ensemble.

Lorsque survient une chose qui nous paraît inacceptable, il faut nous rappeler qu’à courte distance nous ne pouvons pas voir comment ce motif s’intègre à l’ensemble et nous dire qu’avec du recul, la situation contribuera à notre épanouissement et rehaussera la beauté de la tapisserie toute entière.

Peut-être n’en connaîtrons-nous jamais la raison au cours de cette vie, mais il faut avoir confiance en la bienveillance de l’univers et, surtout en période de coups durs, croire qu’éventuellement le voile sera levé et qu’alors nous comprendrons.

Il est extrêmement ardu d’accepter une chose qui semble a priori inacceptable et, pour cette raison, nous ne devons pas nous brusquer devant cette éventualité. Relâcher sa résistance ouvre la voie à l’acceptation et à la sérénité.

Source : Sagesse de femme, Sue Patton Thoele, p. 92
  

 

« Vous serez serein lorsque vous saurez accepter
que votre vie ne se déroule pas comme prévu. »

Les diapos « Petites douceurs » présentent...

Diaporama en deux étapes : la première présente le texte commenté de La prière de la sérénité. Par la suite, vous pourrez entendre la version chantée, interprétée par Serge Bélair et Claude Valade.
   tn priere de la serenite
                                                                                                

 

 

 

 

 

 null

 

null 

 

 

Nouveautés dans LE COFFRE AUX TRÉSORS

Camp de survie ou village de vacances*
La liberté*
Le feu de l'adversité*
Comment trouver la tranquillité?*
Quand est-ce qu'on devient vieux?*

      

La blague du blog

Dieu envoie St-Pierre sur terre pour voir si tout va bien. St-Pierre revient en faisant son rapport.

« Chef, en gros, ça va bien en bas. Il y a juste une chose que je ne comprends pas. Il y a des hommes qui tapent avec des bâtons courbés sur une beaucoup trop petite balle et essaient de la rentrer dans un petit trou.

– Jeu bizarre, dit Dieu, quel est le nom de ce jeu ?

– Ca, je n'ai pas réussi à savoir, répond St-Pierre, mais je pense qu'il s'appelle MERDE! »



20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 17:01

 

              
        

 

 

 

Patienter

La vie est parsemée de difficultés, des petites et des plus importantes. Nous sommes tous confrontés à divers obstacles ou épreuves.

Le problème est que nous attendons souvent des solutions immédiates à ces difficultés, en oubliant que la vertu céleste de la patience est nécessaire. La patience consiste à rester imperturbable en toute circonstance, sans vouloir réduire à néant toutes les formes d’adversité qui nous échoient.

Tous ceux qui aspirent à l’éveil se doivent de comprendre que, dans une existence, il doit y avoir des périodes d’accélération et d’autres de ralentissement. Alors, ne vous agacez plus contre l’attente, appréciez ce que vous vivez au rythme où cela se présente. Sachez vous libérer de vos impatiences inutiles qui ne changeront rien à ce qui doit être.

La patience, comme la méditation, s'acquiert et s'exerce. Elle demande un effort de concentration et de maîtrise de soi qui est opposé, en général, à l'agitation naturelle, à l'impatience innée. La patience n'est pourtant pas l'inertie. Elle est dynamique, elle avance toujours vers un but et elle est toujours accompagnée de paix.

La patience permet de se préparer à quelque chose et ce, au rythme nécessaire de son accomplissement. C’est un état d’esprit qui ne cherche pas à critiquer, comparer, juger, ou toujours saisir les situations liées aux émotions telles que la colère, la rancune, le ressentiment, la jalousie, etc. L’essentiel de la patience, c’est l’attitude d’esprit qui ne cherche pas à nuire à autrui et qui est dépourvue d’agressivité.

Dans le monde, la patience procure la beauté. Dans le silence et l’attente, quelque chose grandit en vous, votre être authentique se déploie.


– Extrait du livre « Tomber malade : un cri de l'âme » de Hélène Sayen, septembre 2009



« C'est une grande force que d'attendre sans impatience que tout mûrisse. »

Heinrich Pestalozzi

Les diapos « Petites douceurs » présentent... 

Que l'on soit parent, conjoint, ami, on veut toujours le bien de ceux qui nous sont chers. Mais, se pourrait-il aussi que parfois, on veuille « un peu trop » ?

« À trop aimer, on peut parfois mal aimer... »

       

null
                                                                                                      
     

 


 null

 

youtube 

« L'avantage d'une pensée, c'est qu'elle peut résumer en deux lignes ce que nous désirons exprimer en deux pages. »

Cliquez sur l'image pour lire et imprimer
celles que j'ai choisies pour vous.

 null

La blague du blogue

Un instituteur demande à ses élèves : « Quelle serait pour vous une belle mort ?
Ce à quoi une petite fille au fond de la classe répond :
– C'est mourir comme mon grand-père.
– Ah bon, réplique le maître. Et comment ton grand-père est-il mort ?
Il s'est endormi.
Là dessus le maître demande :
Et quelle serait alors, selon vous, une mort atroce ?
Et la même petite fille répond :
Ce serait mourir comme les copains de mon grand-père.
Le maître intrigué demande alors à la petite fille :
Et comment donc sont-ils morts ?
Ils étaient dans la voiture de mon grand-père quand il s'est endormi... »
 

   



25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 18:30




 http://www.nicolecharest.com/Blog_images/renoncer.gif 

Cliquez sur l'image pour visionner le texte ci-dessous en diaporama. 

 
 

La sagesse de renoncer 

Le renoncement n'est
pas forcément synonyme de manque de courage. Ce peut être aussi une grande sagesse. Savoir faire la part des choses, distinguer ce qui vaut la peine d'être conquis de ce qui ne le vaut pas, accepter sans regret ce qui est…

« Un homme sage doit savoir se faire un triomphe de sa propre défaite », rappelle Gracian. Il ne s'agit pas de baisser les bras ou de démissionner devant la moindre difficulté, mais plutôt de ne pas perdre son temps et s'user dans de vains combats.

Ainsi faut-il savoir renoncer à sa jeunesse ou à sa beauté et accepter le conseil des années. Il faut admettre que les choses ne se passent pas toujours comme on l'avait prévu et savoir se retirer de la partie, pas forcément pour la perdre, mais pour la voir en perspective.

Il faut laisser passer devant soi les plus jeunes et les plus rapides, même si c'est vous, avant, qui passiez devant les autres. Mais aussi apprendre à renoncer aux mondanités et préférer s'entourer d'amis fidèles, s'arrêter de courir après l'argent pour prendre le temps de vivre.
.. 

Le renoncement est bien souvent une renaissance et une libération. Car en quittant une chose, on trouve forcément une autre. En acceptant, on avance. C'est le point de départ de retrouvailles avec soi-même.

Rambert, Catherine. Le livre de la sérénité, Éditiono1, 1999

 
 

La grâce, c'est peut-être de voir ce qu'il faut choisir et ce à quoi il faut renoncer.

Jacques de Bourbon Busset

Qui suis-je ? 

— On me considère comme étant un sérum de jouvence et de santé, ainsi qu'une nourriture énergétique de choix.

— Aliment polyvalent, je conviens à tous les malades et bien-portants.

— Je suis un agent nettoyant, vivifiant, RAJEUNISSANT.

La réponse ici...

 



« Souvent, une phrase suffit à éclairer une vie. »


Voilà qui résume bien l'essence même de ce livre qui regroupe à lui seul plus de 450 pensées, histoires et citations, toutes plus inspirantes les unes que les autres. Vous en ferez vite votre nouveau livre de chevet.

Charest, Nicole. Un monde différent, 2008

— Pour consulter la table des matières,
cliquez ici.
— Pour profiter du rabais réservé aux abonnés,
cliquez ici.
— Pour les personnes qui ne sont pas abonnées,
cliquez ici.
— Pour commander de l'Europe :
FnacAmazone, Libre Entreprise.



*** Mon livre est maintenant traduit en italien ***
Voir
page couverture. Disponibilité 
via ce site.

S'orienter, se réorienter ou mieux se connaître…

Basé sur 40 années de recherches, le test MBTI est utilisé avec succès partout dans le monde. Il peut non seulement aider les jeunes qui « cherchent leur voie » mais aussi toutes les personnes qui désirent se réorienter ou tout simplement, mieux se connaître. 

http://www.nicolecharest.com/Blog_images/MBTIa.gifEn cliquant sur le logo ci-contre, vous accèderez au site où se trouve le questionnaire en question. C'est une version complète et gratuite (même les résultats...)

Pour une version abrégée (4 questions), cliquez ici. De plus, ce site propose différents choix de carrières adaptées à chacun des profils.
Note : Si vous avez fait le test complet, vous pouvez y transposer les 4 lettres obtenues pour votre profil.

La blague du blogue

« Je vois que ça va mieux avec ta femme !
— Qu’est-ce que tu dis là ?
— Je vous ai vus hier. Vous coupiez du bois ensemble pour le foyer.
— Du bois ? On partageait les meubles… »


 

28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 18:04

Maintenant 1000 abonnés !!!




Survivre à l'épreuve

Rupture d'un amour. Mort d'un être cher. Cancer. Grave accident de voiture. Cataclysme. Personne n'est à l'abri de l'extrême. L'épreuve survient sans avertir.

Nous possédons tous cependant des ressources insoupçonnées, des forces cachées qui se mobilisent au moment de l'épreuve, qui déclenchent en nous des réactions de survie et nous rendent capables d'affronter le pire, puis de continuer à espérer, parfois même à savourer encore plus pleinement chaque instant de notre existence.

Ces forces cachées, ces réactions de survie, le professeur de psychologie sociale Gustave-Nicolas Fischer les nomme « ressorts invisibles » puisqu'elles nous permettent « de rebondir dans l'épreuve en faisant de l'obstacle un tremplin, de la fragilité une richesse, de la faiblesse une force, des impossibilités un ensemble de possibles », écrit-il dans son livre LE RESSORT INVISIBLE.

Par ailleurs, en nous confrontant à la douleur extrême, l'épreuve permet à la face cachée de notre être de se manifester, révélant toute notre beauté intérieure. Et l'on s'aperçoit que notre échelle de valeurs s'en trouve modifiée, donnant un autre sens à la vie.

Dans le cas d'une grave maladie, par exemple, la fragilisation du corps peut être un tremplin pour apprécier des valeurs qui l'étaient moins auparavant. Cela donne une tout autre philosophie de la vie. Pour sa part, Boris Cyrulnik, souligne dans son livre UN MERVEILLEUX MALHEUR :

« Quand un grain de sable pénètre dans une huître et l'agresse au point que, pour s'en défendre, elle doive sécréter la nacre arrondie, cette réaction de défense donne un bijou dur, brillant et précieux. »

Selon lui, il en va ainsi des humains : passer au travers de l'épreuve solidifie notre résistance tout en soulignant la beauté de notre âme. Nous ne devenons pas invulnérable pour autant, mais les blessures de la vie nous grandissent et nous invitent à vivre plus intensément.

Gustave-Nicolas Fischer, Le ressort invisible, Éditions du Seuil, 1994, 283 pages
Boris Cyrulnik, Un merveilleux malheur, Éditions Odile Jacob, 1999, 238 pages

La confiance en soi

La confiance en soi se construit dès l’enfance, en grande partie à travers le regard que les parents portent sur nous. Se sentir aimé pour ce qu’on est, être encouragé et félicité nous propulse en avant. À l’inverse, le fait d’entendre constamment de faire attention, de ne pas toucher, de ne pas essayer puisque, de toute façon, on n’y arrivera pas, sape lentement, mais sûrement, la confiance en soi.

Heureusement, en cette matière, rien n’est irrémédiable. Plutôt que de s’enliser et de déprimer, on peut décider de réagir et de changer le cours des choses.

Cliquez sur l'image pour découvrir quelques pistes de réflexions qui pourront vous aider...

 

 



« Souvent, une phrase suffit à éclairer une vie. »


Voilà qui résume bien l'essence même de ce livre qui regroupe à lui seul plus de 450 pensées, histoires et citations, toutes plus inspirantes les unes que les autres. Vous en ferez vite votre nouveau livre de chevet.

Charest, Nicole. Un monde différent, 2008

— Pour consulter la table des matières,
cliquez ici.
— Pour profiter du rabais réservé aux abonnés,
cliquez ici.
— Pour les personnes qui ne sont pas abonnées,
cliquez ici.
— Pour commander de l'Europe :
FnacAmazone, Libre Entreprise.

« L'avantage d'une pensée, c'est qu'elle peut résumer en deux lignes ce que nous désirons exprimer en deux pages. »

Cliquez sur l'image pour lire et imprimer
celles que j'ai choisies pour vous.

 

La blague du blogue

« Oh papa, regarde le joli bateau !

— Ce n'est pas un bateau, c'est un yacht, dit le père.

— Comment ça s'écrit yacht ?

— Tu as raison dit le père... C'est un bateau. »

 

 

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 18:21

Bienvenue en Hollande!

Quand vous attendez un enfant, c’est comme si vous prépariez des vacances en Italie. Vous êtes tout excités. Vous achetez un tas de guides touristiques, vous apprenez quelques phrases en italien afin de pouvoir vous débrouiller et, quand le moment arrive, vous faites vos bagages et vous vous rendez à l’aéroport… pour l’Italie.

Seulement quand vous atterrissez, l’hôtesse vous dit : « Bienvenue en Hollande ! »

Vous vous regardez, incrédules et scandalisés en disant : « En Hollande ? De quoi parlez-vous ? J’ai réservé pour l’Italie… »

On vous explique qu’il y a eu du changement, et que vous avez atterri en Hollande et que vous devez y rester. « Mais je ne sais rien de la Hollande ! Je ne veux pas y rester », dites-vous.

Mais vous y restez. Vous sortez et achetez quelques nouveaux guides ; vous apprenez de nouvelles phrases et vous rencontrez des gens dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. La chose la plus importante est que vous n’êtes pas dans un quartier pauvre, sale et où règnent la peste et la famine. Vous êtes simplement dans un endroit différent de celui que vous aviez imaginé. Le rythme y est plus lent et moins tapageur qu’en Italie, mais quand vous y êtes depuis un petit moment, et que vous avez l’occasion de reprendre votre souffle, vous commencez à découvrir que la Hollande a des moulins à vent. La Hollande a des tulipes. La Hollande a même Rembrandt.

Mais tous ceux que vous connaissez vont en Italie et en reviennent. Ils se vantent tous du bon temps qu’ils ont eu là-bas et pendant le reste de votre vie, vous direz : « Oui, c’est là que j’allais. C’est ce que j’avais prévu. »

Le chagrin que vous en ressentez ne s’effacera jamais. Vous devez accepter cette peine, parce que la perte de ce rêve, la perte de ce projet est très importante. Mais si vous passez le reste de votre vie à pleurer le fait que vous n’avez pas été en Italie, vous ne serez jamais libre de profiter des choses très spéciales et très jolies que l’on trouve en Hollande.

Diane Crutcher

Poursuivez votre réflexion en lisant le
témoignage de la mère d'un enfant handicapé.


Partagez ce texte avec les personnes qui vivent des épreuves difficiles... 

Le dossier du mois : Vivre un deuil

Vous avez déjà perdu un être cher, un emploi, la santé? Vous avez déjà vécu un divorce ou encore eu un accident? Alors vous aussi savez ce que c'est que de se retrouver en Hollande...

Il faut beaucoup de résilience et de courage pour s'adapter à tous ces grands et petits deuils qui parsèment nos vies. Et parfois, on a besoin de support pour traverser ces déserts.

Puisse ce dossier vous aider à vous ressourcer et vous réconforter.

 
 



« Souvent, une phrase suffit à éclairer une vie. »


Voilà qui résume bien l'essence même de ce livre qui regroupe à lui seul plus de 450 pensées, histoires et citations, toutes plus inspirantes les unes que les autres. Vous en ferez vite votre nouveau livre de chevet.

Charest, Nicole. Un monde différent, 2008

— Pour consulter la table des matières,
cliquez ici.
— Pour profiter du rabais réservé aux abonnés,
cliquez ici.
— Pour les personnes qui ne sont pas abonnées,
cliquez ici.
— Pour commander de l'Europe :
FnacAmazone, Libre Entreprise.

Dans cette chanson, Linda Lemay exprime la réalité
des parents qui ont des enfants handicapés et qui doivent
faire le deuil des rêves qu'ils avaient pour eux.

Cliquez ici pour les paroles.

Ceux que l'on met au monde

Cliquez sur la petite flèche. 

 

À noter : Suite à un imprévu majeur, cette chronique sera suspendue. J'espère que ces quelques semaines de sensibilisation au stretching vous ont donné le goût de découvrir cette merveilleuse discipline. Je remercie très sincèrement Mireille Lapalme de sa courte mais très appréciée collaboration.

Pour conclure, voici un exercice très bénéfique pour tous ceux qui ont des problèmes lombaires : Le Mahomet.

Cliquez ici pour lire et télécharger le document explicatif

Pour lire les 3 premiers articles, cliquez sur ces liens: #1 / #2 / #3

 
La blague du blogue

À l'école.
— Toto, avoue que ton père t'a aidé à faire ton devoir ?
— Ben, non m'sieur, je vous jure !
— C'est bien vrai ? Sûr ?
— Oui, j'en suis sûr. Il l'a fait tout seul...

 


22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 00:00

Restez debout...

Lorsque dans votre vie, rien ne va plus, que les problèmes tourmentent votre esprit et que l'angoisse vous envahit... Reposez-vous, s'il le faut, mais restez debout.

Lorsque tout votre univers menace de s'écrouler et que, fatigué, vous sentez la confiance vous abandonner... Reposez-vous, s'il le faut, mais restez debout.

Vous savez, la vie est parfois étrange, avec son lot de surprises et d'imprévus, et il ne nous est pas donné de savoir à l'avance combien d'étapes nous devrons franchir ni combien d'obstacles nous devrons surmonter avant d'atteindre le bonheur et la réussite.

Combien de gens ont hélas cessé de lutter alors qu'un seul petit pas de plus aurait transformé un échec en réussite? Et pourtant, faire un pas à la fois n'est jamais trop difficile.

Vous devez donc avoir le courage et la ténacité nécessaires pour faire ce petit pas de plus, en affirmant que la vie est une grande et puissante amie, se tenant toujours à vos côtés, prête à vous porter secours.

Vous verrez alors que cette attitude appellera, du plus profond de vous-même, des forces de vie que vous ne soupçonniez même pas et qui vous aideront à réaliser ce que vous entreprendrez.

Alors, rappelez-vous bien ceci : « Quand, dans la vie, vous vivez des moments difficiles… Reposez-vous, s'il le faut, mais restez debout. » (Petites douceurs pour le coeur, p. 180)



Pensée de la semaine : Ce qui sauve, c'est de faire un pas et encore un pas... — Saint-Exupéry





Réflexion supplémentaire  


N’arrêtez jamais de chanter !

Avez-vous déjà observé l’attitude des oiseaux face à l’adversité? Pendant des jours et des jours, ils font leur nid, recueillant des matériaux parfois ramenés de très loin. Et lorsqu’ils ont terminé et qu’ils sont prêts à déposer les œufs, les intempéries ou l’œuvre de l’être humain ou d’un quelconque animal le détruisent et envoient au sol ce qu’ils ont réalisé avec tant d’efforts.

Que fait l’oiseau? Il se paralyse et abandonne la tâche? En aucune façon. Il recommence encore et encore jusqu’à ce que les premiers œufs apparaissent dans le nid.

Parfois — très souvent — avant que naissent les oisillons, un animal, un enfant ou une tempête détruit une fois de plus le nid, mais cette fois avec son précieux contenu. Cela fait mal de recommencer depuis zéro.

Même ainsi, l’oiseau ne se tait jamais, ni ne recule; il continue de chanter et de construire.

Êtes-vous fatigué de recommencer, du gaspillage de la lutte quotidienne, de la confiance trahie, des buts non atteints alors que vous étiez sur le point d’y arriver?

Ne vous préoccupez pas si dans la bataille, vous recevez une blessure. Il faut s’y attendre. Réunissez les morceaux de votre espérance, reconstruisez-la et foncez de nouveau. Peu importe ce qui se passe… Ne faiblissez pas, allez de l’avant.

L
a vie est un défi constant, mais cela vaut la peine de l’accepter.  Et surtout… N’arrêtez jamais de chanter.

 




 

Pourquoi ne pas ensoleiller la vie de nos proches...

Ils nous servent chaque semaine, mais sont confinés à leur poste : à la caissière, au brigadier ou à la réceptionniste du cabinet du médecin, on offre un jus rafraîchissant ou un bon café. Une petite attention qui peut vraiment mettre du soleil dans une journée.

Au passage, on offre à une personne âgée de fermer la portière de la voiture dans laquelle elle s'installe, côté passager. À partir d'un certain âge, cet étirement est particulièrement exigeant. Alors, on sourit, on l'avise de notre intention, on la laisse s'installer et on referme. Et on se sentira un peu plus légère pour poursuivre notre chemin.





 Diaporama Coup de coeur   
 

La leçon du papillon

Un jour, apparut un petit trou dans un cocon. Un homme, qui passait à tout hasard, s’arrêta de longues heures à observer le papillon qui s’efforçait de sortir par ce petit trou.

Après un long moment, c’était comme si le papillon avait abandonné, et le trou demeurait toujours aussi petit. 
On dirait que le papillon avait fait tout ce qu’il pouvait et qu’il ne pouvait plus rien faire d’autre.

La suite de ce diaporama ici...

                                        





    La blague du blog


 

Un petit garçon revient de l'école, vers 16 h. Sa mère. lui demande : « Qu'as -tu fait, ce matin à l'école?
— Ce matin , maman, j'ai li! »
Sa mère lui répond : « On ne dit pas J'ai li. On dit J'ai lu. Et, cet après-midi, qu'as tu fait?
— J'ai écru, maman!!!
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 23:00

Les 7 piliers de la guérison 

1. Décider de guérir
 

Pour guérir, il ne suffit pas de le désirer, il faut le décider! Si nous désirons simplement guérir, alors nous vivons dans l'espoir et l'attente. Nous ne sommes pas maître des évènements, nous les subissons. Nous sommes dans l'expectative. Pour guérir, nous devons transformer notre désir en décision. Cette décision est le début de notre guérison.

2. Devenir l'acteur principal de notre guérison
 

Nous sommes l'acteur principal de notre maladie, nous devenons l'acteur principal de notre guérison! Par nos comportements et nos pensées erronés, nous créons nos maladies et nous préparons le terrain favorable à l'apparition de toutes sortes de dysfonctionnements. Nous faisons ensuite appel à des spécialistes — thérapeutes, médecins, guérisseurs — pour nous guérir. Nous sommes donc initialement l'acteur principal de nos maladies, mais nous demeurons spectateur de notre processus de guérison. Pour guérir, nous devons d'abord changer de rôle, et devenir l'acteur principal de notre guérison. Les thérapies, techniques ou traitements deviennent à ce moment des aides précieuses que nous pourrons utiliser pour notre guérison.
 

3. Adopter de nouvelles attitudes
 

Nos anciennes attitudes nous ont rendu malade, les nouvelles nous permettent de guérir! La guérison est un processus de transformation. Celui qui est guéri n'est plus le même que celui qui était malade. La guérison nécessite au minimum de profonds changements et, le plus souvent, une véritable transformation. Elle s'accomplit en adoptant les nouvelles attitudes nécessaires à notre guérison. Notre résistance au changement est un obstacle majeur à notre guérison.
 

4. Cultiver des pensées positives
 

C'est en devenant un optimiste incurable qu'on se guérit! On ne guérit pas dans la tristesse et le pessimisme, mais dans la joie et l'optimisme. Nous devons choisir d'être heureux, et cultiver des pensées positives qui suscitent des émotions dynamisantes. Ainsi nous créons l'environnement propice à notre guérison. Bannissez les pensées négatives, et devenez un optimiste incurable!
 

5. Agir avec confiance et détermination
 

Quand notre détermination est totale, notre guérison est inévitable! L'efficacité de notre pouvoir de guérison dépend de la confiance que nous lui prêtons et de notre détermination à toute épreuve. Quand celles-ci sont totales, notre pouvoir de guérison est sans limites.
 

6. Utiliser son pouvoir de guérison
 

Nous avons le pouvoir de nous rendre malade, mais aussi de nous guérir! Chacun a déjà fait l'expérience de son pouvoir créateur en se rendant malade par des pensées et des attitudes négatives. C'est ce même pouvoir créateur que nous pouvons utiliser consciemment pour nous guérir.
 

7. Persévérer jusqu'à la réussite
 

Notre persévérance est le gage de notre réussite! La guérison commence dès qu'on le décide réellement. Mais de même que les maladies se déclarent après une période d'incubation, la guérison devient totalement manifeste après un temps de gestation. Les effets de la guérison peuvent être immédiats dans certains cas, ou se manifester par étapes pour d'autres aspects, selon les attitudes de chacun et les causes de la maladie. Notre persévérance nous garantit une guérison totale et durable.
(Petites douceurs pour le cœur, p. 142)




Lecture complémentaire  


Mes chères cellules,

Je vous ai réunies aujourd'hui pour vous dire que nous allons désormais changer de trajectoire. Car jusqu'ici, nous nous sommes laissé aller à suivre un programme désastreux…

Il s'agissait de rester fidèles à la mémoire de nos ancêtres et de prendre un petit peu de leurs maladies, un petit peu de leurs faiblesses, un petit peu de leurs émotions, un petit peu de leurs souffrances, un petit peu de leurs limitations. La suite ici : En format PDF ou encore en diaporama




 

Réussir sa vie et Chemin de vie


Voici deux blogs qui me sont très chers puisque c'est à partir d'eux que j'ai décidé de créer le mien. Vous y trouverez nombre d'articles et d'outils de ressourcement. Vous avez de plus l'opportunité de vous abonner à la newsletter et de recevoir quotidiennement des pensées inspirantes. Je vous encourage fortement à y faire une visite afin d'y découvrir tous les petits trésors qu'ils contiennent. Merci Dominique pour toute cette générosité!!!




La blague du blog  

 

C'est l'anniversaire du père à Toto, et le papa dit à Toto : 

— Ce qui me ferait le plus plaisir Toto pour mon anniversaire, c'est que tu travailles bien à l'école. Toto dit :

— Trop tard je t'ai déjà acheté une cravate!

Bienvenue Sur Mon Blog!

  • Nicole Charest
  • Passionnée par tout ce qui touche la psychologie, la spiritualité, la communication et l'écriture, je viens partager avec vous une panoplie de textes de ressourcement, d'outils de développement personnel et de diaporamas inspirants.
  • Passionnée par tout ce qui touche la psychologie, la spiritualité, la communication et l'écriture, je viens partager avec vous une panoplie de textes de ressourcement, d'outils de développement personnel et de diaporamas inspirants.

Rechercher Dans Ce Blog

La pensée du jour

 

Collection « Petites douceurs »

 

 

Série
Les Messagères
  eBooks gratuits
     

    

icone-pour-blog-copie-1.gif

Les diapos « Petites douceurs »


montage_diapos.gif